Abécédaire des Remèdes


  • Alcoolat: résulte de la distillation de la macération de plusieurs plantes fraîches ou sèches dans de l'alcool à titre variable (40°- 80°).

Ex : alcoolat d'absinthe.

 

  • Alcoolature: résulte de la macération de plantes fraîches dans l'alcool fort (60°- 90°).

Les enzymes qu'elles contiennent étant toujours actifs, les alcoolatures se conservent mal et doivent être utilisées rapidement. On les utilise lorsque les principes actifs de la plante ne supportent pas la chaleur de la distillation. 

Ex : liqueur de camomille

 

  • Baume: pommade aeffet anti-douleur, anti-inflammatoire, antiviraux (baume labial contre l'herpès), antiprurigineux, analgésique, résolutif, vulnéraire, 

Ex :  baume à l'arnica ; antiseptique, résolutif et vulnéraire.

 

  • Cataplasme: préparation pâteuse de la plante  appliquée sur la peau dans un but thérapeutique. La plante peut être broyée ou hachée à chaud ou à froid, mélangée à de la farine de lin ou de l'argile. 

Les cataplasmes calment :

  • Les douleurs articulaires et musculaires (cataplasme de chou),
  • Décongestionnent les voies respiratoires (cataplasme de moutarde) 
  • Font mûrir les furoncles, soignent les piqûres d'ortie (cataplasme de plantain) , 
  • Soulagent les lumbagos (cataplasme de jeunes feuilles de bouleau).

 

  • Cérats: remèdes topiques ; mélange de cire d'abeille et d'huile d'amande douce auxquels on incorpore des baumes, extraits, gommes-résines, huiles essentielles, poudres ou teintures.

Ex : cérat au millepertuis ;antiputride, topique et vulnéraire.

 

  • Compresse: application durable d'une gaze ou d'un linge sur la partie du corps à soigner. La gaze a préalablement été imbibée de la préparation qu'on veut employer. 

 

  • Fomentation: compresse chaude maintenue quelques minutes seulement sur la peau. 

 

  • Enveloppement: cas particulier d'une compresse qui entoure tout un membre ou une partie du corps. On le fait avec une bande de gaze imprégnée de solution médicamenteuse. 

 

  • Crème: mélange onctueux, semi-liquide, produit naturellement par certaines plantes sous forme de latex, mais plus souvent préparé en diluant des principes actifs dans un substrat de glycérides. On étale les crèmes sur la peau et, par friction, elles pénètrent dans l'épiderme.

 

  • Décoction: opération qui consiste à faire bouillir quelques minutes une plante médicinales dans de l'eau pour en extraire les principes actifs.

Placer la plante dans l'eau froide, portée à ébullition de 10 à 30 minutes, filtrer. Ce mode d'extraction est applicable aux plantes dures et sèches : bois, graines, écorces et racines.

Ex : décoction de racines de bardane : dépuratif, cholagogue, cholérétique, hypoglycémiant.

 

  • Emplâtre: plus adhérente que la crème, cette présentation semi-solide se façonne selon les contours de la partie du corps où elle est appliquée. L'emplâtre contient des graisses, de la résine, parfois de la cire. 

 

  • Élixir: on l'obtient en faisant macérer des plantes, ou des extraits de plantes, dans une solution contenant un mélange de sirop ou de sucre avec un alcoolé : alcoolat, alcoolature, extrait, teinture, teinture-mère.

Ex : élixirs floraux du dr edward bach. 

 

  • Extrait: solution qui recueille une partie des principes actifs de la plante soumise à traitement. La plante est d'abord séchée ou réduite en poudre, puis laver avec un solvant (eau, alcool, éther) pour en retirer les principes solubles. Ce procédé, qui s'appelle la lixiviation, est classiquement utilisé pour faire du café: on fait passer de la vapeur d'eau ou de l'eau bouillante au travers des graines moulues. Ensuite, on fait évaporer la solution obtenue jusqu'à la concentration désirée. 

 

  • Extrait fluide: est préparé en épuisant la drogue végétale réduite en poudre par lixiviations en plusieurs passages successifs dans l'alcool éthylique .

 

  • Extrait mou: l'évaporation de la solution, plus forte que dans l'extrait fluide, laisse comme résidu une sorte de pâte molle. 

Ex : extrait mou de ginseng.

 

  • Fumigation: utilisation de vapeurs chargées des principes actifs de la plante. On peut ainsi faire bouillir des feuilles d'eucalyptus dans une pièce qu'on veut désinfecter. La fumée de certains végétaux qu'on brûle lentement comme de l'encens peut aussi servir aux fumigations: c'est le cas de la fumée de baies de genévrier.

 

  • Gargarisme: préparation liquide dont on se rince la bouche, la gorge, le pharynx, les amygdales et les muqueuses. Il sert à désinfecter ou à calmer. Le gargarisme ne doit jamais être avalé. 

 

  • Huile médicinale: les fruits et les graines de nombreuses plantes donnent, lorsqu'on les presse, de l'huile végétale, qui n'est pas un corps gras. On peut y faire macérer des racines et des drogues séchées pour réaliser des huiles médicinales. Certaines sont utilisées en friction, d'autres sont absorbées par voie orale. (à ne pas confondre avec l'huile essentielle, les huiles infusées ou macérées ).

 

  • Huiles infusées: les plantes sont infusées au bain-marie pour éviter la chaleur directe qui risquerait de dénaturer l'huile. 

Ex : mettre la moitié des plantes dans un récipient et couvrir entièrement d'huile. Faire chauffer au bain-marie, laisser frémir doucement durant 2 heures. Filtrer et jeter les plantes : l'huile doit avoir changé de couleur en absorbant les composants des plantes. Faire de même avec le reste des plantes, laisser frémir 2h. Filtrer, transvaser dans des flacons opaques.

 

  • Huiles macérées: macération de plantes fraîches dans de l'huile.

Cette huile peut ensuite être utilisée pour le massage, pour la confection des pommades. On fabrique ainsi de l'huile de table  avec des aromates: thym, laurier, romarin. 

Ex : huile d'olive au basilic, huile de millepertuis. 

 

  • Hydrolat: macération de plantes fraîches ou sèches dans de l'eau, distillé dans un alambic.

Ex: eau de rose.

 

  • Hydrolé: liquide obtenu en faisant dissoudre dans de l'eau une substance médicamenteuse. C'est une solution. L'eau de fleurs d'oranger, préparée par dissolution dans de l'eau d'une essence tirée de ces fleurs, est un hydrolé et non un hydrolat. 

 

  • Infusion: solution obtenue en soumettant, quelques minutes une plante à l'action de l'eau bouillante. Environ 1 cuillerée de plantes par tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. 

 

  • Inhalation: variété de fumigation dans laquelle le malade place sa tête au-dessus du récipient d'eau bouillante dans lequel l'extrait de plante aromatique se dissout. On fait des inhalations pour dégager les sinus et les voies respiratoires supérieures. 

 

  • Injection: introduction d'un liquide dans les cavités naturelles (oreilles, nez, vagin, etc.) soit directement, soit au moyen d'une seringue ou d'une canule. Le liquide injecté est généralement une infusion ou une décoction préalablement tiédie. 

 

  • Intrait: variété d'extraits physiologiques de végétaux. Pour ce faire, on doit utiliser des plantes fraîches qu'on stabilise à la vapeur d'eau ou d'alcool et qu'on fait ensuite sécher sous vide. Ces plantes stabilisées conservent ainsi toutes leurs qualités. On leur fait ensuite subir le même traitement qu'aux drogues ordinaires: on les lave à l'eau ou à l'alcool et on soumet à évaporation la solution obtenue. L'extrait qui en résulte est appelé intrait; il possède les qualités de la plante fraîche. C'est une préparation couramment utilisée pour la valériane, le marron d'inde. 

 

  • Lait: liquide obtenu lorsqu'on pile des graines oléagineuses dans de l'eau. 

Ex: lait d'amandes.

 

  • Lavement: introduction d'un liquide dans l'intestin au moyen d'une canule rectale reliée à une poire à lavement. Il a le plus souvent un effet purgatif, parfois émollient ou astringent.

 

  • Liniment: mélange hétérogène, d’une consistance molle, contenant souvent de l'huile et de l'alcool. Pour soulager les rhumatismes, les douleurs musculaires et les traumatismes, on en frictionne localement la peau. 

 

  • Lotion: préparation liquide dont on lave rapidement l'épiderme aux endroits irrités. On l'applique avec de l'ouate. Il existe des lotions spéciales pour le cuir chevelu. 

 

  • Macération: méthode de préparation liquide en laissant macérer à froid assez longtemps une plante dans de l'eau, du vin, de l'alcool, de l'huile, ou du miel pour en obtenir les principes solubles. La durée de macération dépend du liquide, de quelques heures à plusieurs jours. La macération s'utilise pour les plantes dont les principes actifs seraient altérés par la chaleur. Attention, dans le cas de la macération dans l'eau, la durée de conservation est très courte (24 h). Il existe différents types de macération suivant le liquide choisi. 

 

  • Mellite: substance onctueuse que l'on prépare en faisant macérer des plantes dans du miel ou en faisant cuire un mélange de miel et d'hydrolé. 

Ex: le miel rosat est une mellite: on ajoute à du miel une infusion astringente de pétales de roses rouges; il est employé comme gargarisme. 

 

  • Mixture: mélange de liquides médicamenteux qui agissent en synergie, chacun renforçant l'action des autres. On mélange ainsi les plantes douées des mêmes propriétés pour en faire des «espèces»: les espèces antispasmodiques, par exemple, peuvent regrouper dans une même mixture de la valériane, de la fleur d'oranger, de l'achillée millefeuille. 

 

  • Onguent: sorte de pommade à base de résine et de corps gras;les principes actifs sont dissous dans des corps gras, généralement des graisses animales (suif, lanoline). A utiliser en usage externe, par friction.

 

  • Pâte: mélange d'une consistance molle, préparé avec du sucre et de la gomme arabique. On y ajoute des principes actifs selon le but thérapeutique recherché. 

 

  • Pommade: préparation épaisse souvent à base d'un corps gras contenant les principes actifs de plantes utilisées pour application sur la peau. 

Ex: pour 30 ml d'huile, 1 c. à c. de cire d'abeille dans une petite casserole, mélanger l'huile et la cire, porter à feu doux (ou au bain-marie) jusqu'à fusion de la cire (~ 60 °c). Retirer du feu, transvaser dans un petit récipient en verre. 

*attendre le tiédissement du mélange avant d'ajouter, selon le cas, le suc, l'extrait ou les gouttes d'huile essentielle des plantes choisies. 

*exemples: pommade d'eucalyptus (avec he d'eucalyptus).

 

  • Potion: liquide destiné à être bu où l'on a fait entrer les principes actifs de la plante, par extrait, infusion ou macération. 

 

  • Poudre: obtenue en broyant finement la plante sèche, utile pour les plantes "coriaces", les tiges dures, les racines, exemple: poudre de prêle. Matériel nécessaire: un pilon et un mortier résistant, en porcelaine ou en pierre, ou un moulin. Les poudres peuvent servir à faire des extraits, des macérations, être simplement délayées dans de l'eau ou être mélangées à la nourriture. 

 

  • Sirop: on fait cuire (à feu doux) la plante médicinale avec du sucre jusqu'à obtention de la consistance sirupeuse. Un sirop peut se conserver quelques mois. Le sirop s'utilise en usage interne. 

Ex : recette pratique pour faire un sirop: 

- Faire chauffer 250 ml d'infusion ou de décoction déjà filtrée dans une casserole.

- Ajouter 500 ml de miel ou de sucre, remuer jusqu'à ce que le mélange soit homogène. 

- Laisser refroidir et embouteiller.

 

  • Suc: liquide qu'on obtient par simple écoulement de la sève à l'extérieur du tronc, ou lorsqu'on presse les fruits, les feuilles ou la tige.

 

  • Teinture: préparation liquide obtenue par action de l'alcool sur des plantes médicinales.

Ex : recette pratique pour préparer une teinture :

  • Broyer finement la plante, ajoutez environ le double de son volume en alcool (au moins de 40 degrés) 
  • Verser la préparation dans récipient en verre. Fermer hermétiquement. 
  • Laisser macérer un mois à l'abri de la lumière en secouant vigoureusement le bocal tous les 2 jours. 
  • Filtrer en pressant afin d'extraire le maximum de teinture. 
  • Transvaser la teinture dans des petites bouteilles de verre coloré. Garder à l'abri de la lumière. 
  • Les teintures à l'alcool se conservent quelques années. Utilisation de la teinture par voie orale: déposer le nombre de gouttes recommandées dans un peu d'eau ou encore les mettre directement sous la langue pour obtenir un effet plus rapidement.

 

  • Teinture mère: macération de 3 à 5 semaines d'une plante fraîche dans de l'alcool au moins à 60 degrés (selon la plante, mais en général, c'est 60°). nécessite une plus grande quantité de plantes que la teinture classique 

Ex: teinture-mère de calendula.

 

  • Vin médicinal: vin ou vinaigre dans lequel on a laissé macérer des écorces, des racines ou des feuilles de plantes 

Ex: vin de gentiane, vin de cannelle, de quinquina, vinaigre de sureau.


Copyright© 2021 by LUTYLIA. All rights reserved.